Cet ouvrage est le reflet d’une ville vivante et dynamique que la créativité du photographe Michaël Guez a su capter, le jour comme la nuit.

L’artiste propose de déambuler dans un Tokyo onirique où l’on découvre ou redécouvre une culture riche et colorée et magistralement mise en valeur par les qualités techniques de prises de vue et d’impression.
Tokyo est un microcosme surréaliste fait d’extrêmes et de contradictions qui cohabitent pourtant en harmonie.
C’est cette ambivalence que le photographe a su capter et magnifier et que l’on découvre tout au long de cet ouvrage.

 

_ Ouvrage qui s’efforce de représenter les contrastes d’une société basée sur les extrêmes.

_ Travail photographique à argentique à l’hasselblad au moyen format.

_ Photos non recadrées et contours du négatif au moyen format.

_ Vision réelle de la ville de Tokyo en argentique, sans aucun rajouts post-montage sur les images.

_ Photos exclusivement sur la ville de Tokyo.

_ Aucun livre photographique de ce type sur Tokyo à l’heure actuelle;

_ 2012 est l’année du Japon en France.

_ L’exposition de la culture Manga en France entretenant la promotion de la culture japonaise et son éclectisme.

 

Images

  • TOKYO2
  • TOKYO1
  • TOKYO

A propos

A propos de l'auteur :

Lorsqu’en 2004 Michaël Guez, photographe français né en 1974, décide pour la première fois d’aller exercer son art entre les «blocks» impressionnants de New York, il est loin d’imaginer le choc qu’il va vivre. L’adhésion est immédiate et l’artiste est totalement séduit par la ville. Il en extraira deux ans plus tard une exposition haute en couleurs, originale et troublante de réalisme, plébiscitée par le public, par la presse et par ses pairs.

Une fois cette incroyable expérience digérée, le photographe se lance un nouveau défi, partir à la «redécouverte» d’une ville qu’il connaît bien pour y avoir passé plusieurs étés étant enfant: Jérusalem. Armé de son Hasselblad il part à l’assaut du site, objet de toutes les attentions à travers le monde, tout en faisant le choix de n’assigner à son périple aucun but politique ou religieux. Il saisi chaque quartier de la ville pour témoigner aux fidèles des trois religions monotéistes la présence rémanente de leurs ancètres et pour montrer aux autres la splendeur de la ville.

 

De retour, Michaël Guez conçoit et édite un recueil photographique pour laisser une trace de son passage et surtout, pour ne rien oublier... ainsi sort un premier recueil intitulé: «Rencontre avec New York» puis un second: «5768, terre d’origines».

Fort de ces deux premières expériences, c’est à Tokyo, en avril 2009, que le photographe pose ses valises. Plusieurs expositions associées à la sortie du livre Tokyo sont en préparation sur Paris dès l’automne 2012, notamment dans des galeries d’art réputées et des lieux d’exposition prestigieux.