Posté le par dans Bien communiquer, Blog, Conseils, Médias.

Online News

Une étude récente de Kantar Media [1] remet sur le tapis la désormais traditionnelle question de  l’impact de l’information via les réseaux sociaux. Cette étude dont le contenu détaillé n’est disponible que pour les abonnés, révèle grâce au cas de la couverture médiatique de l’épidémie Ebola, que les médias traditionnels sont plus efficaces que les réseaux sociaux.  

Du point de vue d’un entrepreneur, vers quels médias se tourner ? Loin de la question du choix, les résultats de cette étude, largement relayée par les médias traditionnels (Le Figaro, Le Berry, Le Parisien…) sur les réseaux sociaux, nous ramène aujourd’hui à faire le point sur ces deux façons d’informer ses publics. En effet, loin d’être opposés comme on le présente souvent, les réseaux sociaux et les médias traditionnels sont complémentaires avec des raisons d’être différentes.

 

« Medias dits traditionnels = one to many »

Avec le numérique, les méthodes de « consommation/diffusion de l’information » ont évolué amenant ainsi  la télé, la radio, la presse entre autres à adapter leurs contenus pour rester au plus près de leurs publics et tout simplement survivre. La presse écrite on l’a vu, lu et entendu,  traverse ces dernières années une crise internationale. De ce fait, elle se renouvelle structurellement en proposant des versions « online » mais aussi des versions adaptées aux smartphones et aux tablettes (applications Le Figaro, Le Monde, TF1…)

Malgré ces nouvelles manières d’informer, notons que l’objet des médias traditionnels reste le même : diffuser une même information à un large ensemble de personnes au même moment.  C’est au récepteur de l’information que revient le choix de porter une attention particulière ou pas à l’information qui lui est adressée.  Par exemple, il n’y a quand vous regardez une émission à la télé ou lorsque vous feuilletez le journal, aucune interaction avec le journaliste. De plus, les contraintes éditoriales, les formats des articles et la périodicité donnent un caractère plus « rigide » aux médias traditionnels.   Dans ce contexte, il s’agit essentiellement de mettre le maximum de personnes  en contact avec une  information, au risque que l’information ne soit pas utile à tous ceux qui y sont exposés.

Précisons aussi que les médias traditionnels de par leur caractère historique ont pour principal  atout leur réputation.  Ainsi que l’indique le baromètre de confiance dans les médias réalisé en janvier 2014 par TNS Sofres pour La Croix, on note que les interrogés disent faire confiance à 58% à la radio,  55% à la presse écrite et 50% à la TV. Internet reste une source moins fiable de l’information avec seulement 37% d’indice de confiance, mais lorsqu’il s’agit d’une information relayée sur internet par un des médias traditionnels, la donne pourrait être changée, d’où leur présence sur le web via les webzines, blog et réseaux sociaux.

 

« Médias sociaux = many to many »

Facebook, Twitter, Pinterest, Instagram, Youtube, Google+, LinkedIn, Viadeo…Ces noms font depuis quelques années maintenant partie du quotidien des Français. D’après la dernière étude Médiamétrie sur les réseaux sociaux, publiée le 12 novembre 2014, il existe 32 millions de français inscrits sur les réseaux sociaux en France. Chacun appartiendrait en moyenne à trois réseaux, soit principalement à Facebook (85%), Google + (33%) et Twitter (30%). L’étude révèle également que 75% des inscrits sur les réseaux sociaux consultent tous les jours  leurs comptes sur les différents réseaux, ce qui est laisse entendre qu’ils sont en permanence en attente  d’information.

Contrairement aux médias traditionnels, les médias sociaux sont régis par le principe du plusieurs à plusieurs. Comprenez par la, que plusieurs personnes peuvent échanger instantanément via des plateformes dédiées (une marque avec ses publics, les publics de la marque entre eux), il existe une interaction entre les destinateurs et destinataires des messages. Les médias sociaux revêtent un caractère plus « social » et servent pour beaucoup d’entreprises/marques,  de service après-vente, de boîtes à idées, lieu d’expression d’opinions et attentes des clients/consommateurs/usagers, de veille concurrentielle…

L’idée de ces médias est de rapprocher et de créer du lien (entre les personnes physiques et morales -entreprises, institutions, marques…). Pour les entreprises, les réseaux sociaux sont un atout indiscutable dans la stratégie d’image ayant elle-même un impact certain sur le plan commercial.

Les réseaux sociaux font donc désormais partie du panorama médiatique mondial et français en particulier. Ils sont d’ailleurs systématiquement intégrés à la stratégie globale de communication et de développement commercial des grandes entreprises.

Néanmoins, être présent sur les réseaux sociaux (les blogs étant considérés comme tels- voir notre article Rédiger le bon message à l’intention des blogueurs) ou dans les médias traditionnels nécessite une stratégie claire et précise sur la durée. Nous parlons de stratégie – terme qui peut sonner creux pour les petites entreprises- car les relations avec les médias se construisent et pour que l’information que vous souhaitez véhiculer retienne l’attention, il y a des façons de s’adresser à tel ou tel type de journaliste/média, pour sorti du lot !

 

Médias traditionnels + medias sociaux = une nouvelle manière de penser la communication

Il peut paraître évident en regardant les caractéristiques de l’un et l’autre type de média que la combinaison « traditionnels et sociaux »  est LA solution pour une communication efficace et pertinente de l’entreprise. Mais, en fonction du secteur d’activité, du degré d’importance de l’information à communiquer, et du budget de communication alloué, il peut être plus approprié de solliciter soit les médias traditionnels, soit les médias sociaux soit alors les deux. Ceci fera l’objet d’un prochain article !

Notons pour terminer ce petit rapprochement entre les médias dits traditionnels (télé radio, presse, affichage, cinéma) et les médias sociaux que, les premiers grâce à leurs réputations et leurs structures véhiculent auprès des publics une certaine « fiabilité» de l’information communiquée, tandis que les seconds disposent d’une excellente capacité de mobilisation. De plus, les titres de presse, émissions de TV, radio utilisent les réseaux sociaux notamment Twitter pour relayer leurs articles, podcasts, replay… ces médias  étant également présents sur les réseaux sociaux, il nous semble désormais inapproprié d’opposer médias sociaux et médias traditionnels. Les deux stratégies médias bien combinées représentent pour toute entreprise, une opération gagnante.

 

L’objet de ce billet vous l’aurez compris, n’était  pas de se positionner pour l’un ou l’autre type de média, tant ils sont structurellement différents mais surtout complémentaires. Ils correspondent  aux différentes attentes en matière d’information des publics variés des organisations. Notre but était donc d’apporter quelques éléments de réponses aux jeunes entrepreneurs qui hésiteraient sur le type de média à choisir pour faire connaître leurs projets/produits/services. En tant que professionnels des relations avec presse, nous mettons  nos clients en contact avec les journalistes des médias traditionnels et les journalistes des médias sociaux (blogueurs) pour une couverture complète de leurs campagnes de communication.




[1] Source article du Parisien.fr du 18/11/14 à consulter ici

Vous aussi, donnez votre avis !