Posté le par dans Bien communiquer, Blog, Conseils.

Lunette

Les relations presse sont un outil de communication qui peut être mis en place par toutes sortes de structures et pas seulement les entreprises du CAC 40.
PME comme START-up, artistes ou écrivains, en passant par les associations, ou encore les écoles et institutions, … à partir du moment où vous avez quelque chose à dire, les relations presse sont pour vous.

Si les relations presse sont encore trop souvent l’apanage des grandes entreprises, il existe pourtant une presse pour chaque entreprise, donc des journalistes potentiellement intéressés par vos informations.

Alors pour préparer au mieux votre stratégie de relations presse, voici 10 bonnes questions à se poser :

 

1. Quel contexte externe ?

Il s’agit de faire un point sur votre marché, secteur d’activité ou profession au sens large.
Faites un point sur ses dernières évolutions, c’est-à-dire,  sur tout ce qu’il se passe sur votre marché (les points positifs comme les points négatifs) mais que vous ne maîtrisez pas : le marché est en perte de vitesse, la concurrence est de plus en plus accrue, la concurrence s’organise ou investit de nouveaux moyens de distribution, l’évolution des méthodes de production, l’annonce d’une nouvelle réglementation, les habitudes liées à une profession ou un produit, le type de clientèle a évolué, les mentalités évoluent aussi, les tendances, …

Une analyse des opportunités et contraintes liées à votre secteur d’activité vous permettra de prendre du recul et commercer à mieux appréhender le sens à donner à votre communication.

 

2. Quel contexte interne ?

Maintenant, il s’agit d’étudier les points positifs ou négatifs liés à votre entreprise et qui dépendent de vous. Par exemple, si vous constatez que votre positionnement n’est pas cohérent avec la qualité de vos produits ou services, il n’en tient qu’à vous de les améliorer.
Passez en revue les points suivants : l’histoire de l’entreprise, votre positionnement, votre charte graphique, votre organisation interne, vos partenaires et fournisseurs, votre marque, l’étendue de votre offre de produits et services, leur packaging, votre politique de prix, votre politique de distribution, votre politique de distribution, et même votre communication antérieure.

Ne faites pas l’économie de cette étape, il est bon de poser les choses. Il en découlera plusieurs axes de communication et vous vous rendrez compte que vous avez vraiment des choses à dire.

 

3. Quel est le problème ?

Fort de l’analyse du contexte interne et externe, vous devriez maintenant pourvoir identifier un ou plusieurs problèmes de communication à résoudre. 4 ou 5 principaux devraient vous paraître plus essentiels.
Pour vous aider à formuler clairement votre problème à résoudre,  aidez vous de la phrase « Comment …. , alors que … ? »

 

4. Quels est l’objectif ?

Ou plutôt quels sont vos objectifs ? Ce sont les buts que vous souhaitez atteindre par la communication.

Ces objectifs doivent être cohérent avec votre analyse, basés sur des données précises (taux de satisfaction, taux de notoriété, taux de visites sur votre site web …) et réalisables dans un temps impartis.
Listez-les et classez-les et hiérarchisez-les.  On classe les objectifs de communication en 3 catégories : ceux qui visent à faire connaître (ce sont les objectifs cognitifs), ceux qui vient à faire aimer (les objectifs affectifs) et ceux qui visent à faire agir (conatifs).

Exemples d’objectifs cognitifs : Développer la notoriété de votre marque (annoncez une journée de dégustation gratuite et proposez aux journalistes de recevoir des échantillons pour les tester), Faire connaître vos produits et services (annoncez un nouveau design ou packaging).

Exemples d’objectifs affectifs : Appuyer les valeurs de votre entreprise (annoncez votre association avec une organisation caritative ou communiquez sur vos procédés de fabrication respectueux de l’environnement), Conférer une image plus positive à vos produits (communiquez sur la faible consommation énergétique de votre produit).

Exemples d’objectifs conatifs : Amener vos clients à se renseigner auprès de votre entreprise (sur vos communiqués de presse, mettez en avant votre numéro vert dédié à la relation client), développer le trafic sur votre site Internet (faites des relations presse en ligne et enrichissez-le de liens vers votre site Internet).

Attention, ne confondez pas vos objectifs de communication et vos objectifs commerciaux.

 

5. Auprès de quels journalistes ?

Une même information peut être proposée sous différents axes de communication pour différentes cibles. Ne vous limitez donc pas, par exemple, aux seuls titres de la presse magazine professionnelle. Pensez à la presse écrite mais aussi à la radio, à la télévision mais aussi aux sites internet, blogueurs … Demandez-vous ce que lisent vos clients.
Constituez-vous un bon fichier presse ou bénéficiez du carnet d’adresse d’une agence de relations presse. Vous bénéficierez d’une bonne force de frappe et profiterez de conseils de professionnels quand à votre sélection de contacts presse. (voir notre article 5 façons de se doter d’un fichier journalistes)

 

6. Quel message ?

Avant toute chose, n’essayez pas de tout dire dans un seul communiqué de presse : 1 communiqué de presse = 1 message = 1 page.
Votre message doit être clair et précis.

Gardez bien à l’esprit qu’un communiqué de presse est à destination de journalistes. Donc ne vous trompez pas de destinataire, vous ne parlez pas à vos clients.

Avant de vous lancer dans votre travail de rédaction, ayez bien conscience qu’un communiqué de presse est un document de travail, de professionnels (rédacteurs, attachés de presse) à destination de professionnels (rédactions, journalistes) répondant à des règles et codes précis tant de rédaction que de mise en forme.
Diffuser un communiqué de presse qui ne répondrait pas aux principes de la profession donnerait l’impression que vous ne maîtrisez pas votre communication ni les attentes des journalistes. (Pour en savoir plus, consultez notre article Qu’est-ce qu’un communiqué de presse).
Au mieux, le journaliste se détournera en quelques secondes de votre information, au pire, vous véhiculerez une image peu professionnelle et donc peu fiable de votre entreprise.

Pour vous y aider, nous vous suggérons de lire nos recommandations sur notre blog et notamment, les articles suivants :
- Définir le bon message,
- Les grands principes d’un bon communiqué de presse,
- Ce que les journalistes attendent d’un bon communiqué de presse.

ou confiez la rédaction de votre communiqué de presse à nos équipes de spécialistes pour avoir l’assurance de diffuser un message et une image de qualité.

Presstissimo vous propose, à la carte, les compétences dont vous avez besoin, au moment où vous avez besoin. Renseignez-vous et contactez-nous, nous répondrons gratuitement à toutes vos questions.

 

7. Quel outil ?

Pour diffuser votre communiqué de presse, le mail est de loin la meilleure solution. Envoyez votre communiqué de presse au format numérique en personnalisant chaque mail au nom du journaliste. Et préférez insérer votre communiqué de presse dans le corps du mail plutôt qu’en pièce-jointe.

Les journalistes sont ultra sollicités, vous avez peu de temps pour leur faire passer votre message et les séduire.

Ici encore, vous pourriez avoir tout intérêt à confier la diffusion de votre communiqué de presse à une agence de relations presse qui est sans doute équipée d’un outil de diffusion et de gestion des relations presse optimum.

Pour les start-up ou les sociétés en déficit de notoriété, il est conseiller de joindre à votre envoi un dossier de presse.

 

8. Quand ?

Si vous souhaitez réagir à un fait d’actualité, l’annonce d’une nouvelle réglementation, une situation de crise, … nécessite forcément d’être plus réactifs qu’en temps normal.
Par exemple, si vous annoncez un événement, essayez d’envoyer votre communiqué de presse et invitation à la presse 5 ou 6 semaines à l’avance.

Sinon, dans la semaine, certains vous diront qu’il faut éviter les lundis matins, les mercredis après-midi et les vendredis après-midi. Pour nous, tout peut se justifier. D’abord parce que si tout le monde envoyait ses communiqués de presse les mardis et jeudis, votre information serait encore plus noyée, ensuite parce que les journalistes, comme nous, sont eux aussi passés à l’ère du smartphone (si, si, j’vous jure) et peuvent avoir accès à votre information même en dehors de leur bureau (c’est beau, la technologie …) et que même, parfois, envoyer un communiqué de presse en pleine nuit peut se justifier dans certaines situations.

Le principal et pour moi, c’est la seule véritable règle, c’est donc de communiquer quand vous êtes vraiment prêt.

 

9. Combien ça coûte ?

Pour vous faire accompagner tout au long de votre stratégie de communication par une agence de relation presse traditionnelle, vous devrez disposer d’environ 5000€ par mois.

Des agences de relations presse proposant leurs prestations par Internet, et de payer, à la carte,  juste les services dont vous avez besoin comme Presstissimo, disons que vous devrez prévoir un panier moyen de 400-500€ mais vous pouvez aussi commencer à 119€. N’hésitez pas à contacter notre équipe de consultants en relations presse qui vous conseillera sur les prestations RP les mieux adaptées à votre stratégie en fonction de vos objectifs de communication.

Via un professionnel indépendant ou freelance, il vous en coûtera également entre 200 et 1000€ selon le niveau de prestation.

 

10. Comment valoriser ses retombées presse ?

Les articles de presse que vous aurez collectés tout au long de vos campagne de relations presse doivent être compilés soit par ordre chronologie, soit par produit, … pour donner lieu à une revue de presse.
Ce précieux « album » sera un précieux outil pour votre communication si vous lui dédiez une page de votre site internet, par exemple, mais aussi un formidable outil de management en interne. Pensez à en distribuer une copie à vos commerciaux.

Voilà, alors  :
oui c’est bu boulot, oui c’est chronophage, oui ça nécessite de mobiliser des ressources internes, oui ça nécessite potentiellement un petit investissement financier …

Mais franchement, vous avez plutôt à y gagner, non ? Il existe de très bons professionnels des relations presse et des solutions existent pour avoir accès à leurs compétences quel que soit votre niveau de budget.

Et surtout, oui, surtout, demandez-vous quel serait le coût de votre non communication si vous ne faisiez rien ??

Vous aussi, donnez votre avis !